Continuer à lire…

Où va l'argent lors de l'achat d'un livre ?

Ouvrez bien les yeux. Nous allons dévoiler des secrets souvent bien gardés et essayer de vous permettre d'effectuer des choix importants en connaissance de cause. Prenons un livre de 168 pages vendu 17 € TTC comme livre papier (avec accès inclus à la version numérique) et 4,99 € TTC en livre numérique. Nous vendons ce livre par des canaux très différents : pour le papier : en librairie avec distribution par notre distributeur ou en…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[NOUVEAUTÉ] De la Mère et de la Patrie, de Bożena Keff

Deuxième temps de notre rentrée théâtrale en ce début d'année : De la Mère et de la Patrie, de Bożena Keff. Pièce présentée ici par Arnaud Maïsetti pour la collection ThTr et les deux traductrices du livre, Sarah Cillaire et Monika Próchniewicz. Autour de Bożena Keff et de son œuvre, voir le site retors.net. Écrite en 2008, la pièce de Bożena Keff rencontra un écho retentissant en Pologne lors de sa création. C’est qu’elle témoigne avec une violence…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[NOUVEAUTÉ] Mélancolie des données, de Philippe Maurel

La collection l'esquif poursuit son exploration des formes poétiques contemporaines avec un nouvel opus que nous sommes heureux de vous présenter. Après le road trip déclamatoire de Sébastien Ménard (Notre désir de tendresse est infini au printemps dernier) et la réinvention des mythes par Nadine Agostini cet automne (Histoire d'Io, de Pasiphaé, par conséquent du Minotaure), dont vous pouvez lire l'excellente chronique de Jean-Philippe Cazier sur Diacritik, c'est au tour de Mélancolie des données de Philippe Maurel de rejoindre notre catalogue.…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[RÉÉDITIONS] La table, de Claude Ponti & L'enfant secoué, de Patrick Froehlich

Poursuivons le cycle de nos rééditions papier avec aujourd'hui deux textes aux formes très différentes mais qui témoignent tous deux d'un attachement commun à la complexité des relations humaines, au(x) mythe(s) de l'amour avec un grand A et au  statut de parent. Le premier, c'est La table de Claude Ponti, limpide pièce de théâtre pour les grands, écrite avec une énergie d'enfant. La table est une traversée de l'âge adulte : elle prend pour prétexte l'achat d'un…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[NOUVEAUTÉ] Yoko Ono dans le texte, de Christine Jeanney

Que sait-on de Yoko Ono ? La figure de la sorcière venue briser l'harmonie des Beatles que l'opinion publique a cruellement gardée d'elle est encore vive dans l'imaginaire collectif, et ce même près de quarante ans après la mort de John Lennon. On dit d'elle qu'elle fut haïe par les autres Beatles, puis par les fans, on ironise sur ses prétendues piètres prouesses vocales ; c'est pourtant une artiste universelle dont la vision et l'éclectisme aura…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[NOUVEAUTÉ] Il n’y a pas de certitude, suivi de La Femme® n’existe pas, de Barbara Métais-Chastanier

L'année sera assurément belle pour notre collection ThTr, cela commence dès aujourd'hui avec Barbara Métais-Chastanier et ses constellations : Il n'y a pas de certitude, suivi de La Femme® n’existe pas. Le mois prochain, nous poursuivrons la collection avec De la Mère et de la Patrie, de la dramaturge polonaise Bożena Keff. Et d'autres surprises encore... * * * De Barbara Métais-Chastanier, deux pièces qui sont deux manières d’affronter le théâtre et de puiser en lui la force de dire ce qui ne…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[NOUVEAUTÉ] La peste écarlate, de Jack London suivie du Masque de la mort rouge, d'Edgar Allan Poe

L'hiver approche, les désastres post-apocalyptiques aussi. Jack London les avait déjà imaginés il y a plus d'un siècle, dans un court roman qui ne figure pas parmi ses plus connus : La peste écarlate. On sait le mot écarlate chargé de sens dans l'histoire littéraire américaine depuis La lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne (un historien du quotidien, disait de lui Paul Auster) mais c'est chez Edgar Allan Poe que l'auteur de Croc blanc est allé puiser l'inspiration pour sa Peste écarlate. Et…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

Offrez un abonnement au catalogue publie.net !

Cette année, nous mettons en vente une jolie carte-cadeau qui vous permet d'offrir un abonnement à vos proches… L'occasion de leur faire découvrir la lecture en numérique tout en soutenant l'édition indépendante ! Chaque carte-cadeau contient un code à usage unique qui permet de s'abonner très simplement au catalogue. S’abonner au catalogue publie.net c’est accéder à plus de 600 titres numériques pour 69€ / an et une réelle possibilité de supporter notre action pour une…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[RÉÉDITION] C'était, de Joachim Séné

Après La crise, C'était ! Dans ce livre, c'est le travail de bureau (la vie en open-space mais aussi le quotidien de l'informaticien et ses à côtés) qui sert à Joachim Séné de matière à l'écriture. Tous les paragraphes commencent par ce C'était que le titre promet, qui fonctionne comme une contrainte sur l'ensemble du livre. Avec ce dispositif, c'est tout un pan de vie professionnelle qui apparaît ainsi, petit à petit, par strates. C'est aussi une expérience…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] La crise, suivie de Je ne me souviens pas, lue par Charybde

Article originel à retrouver ici, merci Charybde ! Justification capitaliste hypnotique et dystopie totale, scandées poétiquement en aphorismes libres et acérés. Sur la photo, LA CRISE C’EST CHAQUE FIN DE MOIS, le S de MOIS est effacé, ou écrit plus vite, moins fort. La crise c’est chaque fin de moi. Le S écrit en dernier, et soudain il n’y a plus de temps, le mur orangé par les lampadaires s’éclaire un peu plus : c’est une voiture qui approche, peut-être la police.…

Continuer la lecture