[NOUVEAUTÉ] Les Atlantes, aventures des temps légendaires 17 juin 2020 – Publié dans : Notre actualité – Mots-clés : , , , , , , ,

Trouvant son origine dans la fiction des dialogues philosophiques de Platon le Timée et le Critias, L’Atlandide a accédé au rang de mythe. « Redécouverte » à la Renaissance, elle a nourri nombre d’utopies au premier rang desquelles on trouve La Nouvelle Atlantide de Francis Bacon (1627).
Plusieurs milliers d’ouvrages, qui vont de l’archéologie fantastique à la philosophie en passant par la fiction, ont été consacrés à l’Atlantide, à son histoire et à sa disparition – voire à ses survivances. La fiction tout particulièrement s’est emparée de l’histoire des Atlantes. Le capitaine Nemo et ses compagnons la visitent dans Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne en 1869. Les survivants du continent englouti (localisé près des Açores) sauve le héros d’Atlantis (1890) d’André Laurie. Les derniers représentants de l’espèce humaine l’exhume dans Edom / L’Éternel Adam (1910) de Michel Verne. La plus célèbre reprise, à défaut d’être la meilleure, est sans conteste de Pierre Benoît qui place le royaume d’Antinéa au cœur du Sahara dans L’Atlantide (1919) qui connaît plusieurs adaptations cinématographiques. Conan Doyle quant à lui raconte les aventures du professeur Maracot sauvé par les Atlantes dans la Ville du gouffre (1930 pour la version française, repris sous le titre Le Monde perdu sous la mer en 2001).
L’ensemble de la culture populaire s’est attachée à mettre en scène l’Atlantide, citons encore Robert E. Howard avec Kull le roi barbare (1929), un exilé de l’Atlantis (précédant Conan de 10.000 ans), le super-héros Aquaman, roi d’Atlantis chez DC Comics (1941), l’album L’Enigme de l’Atlantide (1955-1956) d’Edgar P. Jakobs (série Blake et Mortimer) dans lequel est dévoilé le mystère des soucoupes volantes, en réalité fruits de la technologie atlante, Opération Atlantide (1956) d’Henri Vernes avec le célèbre Bob Morane, les séries L’Homme de l’Atlantide incarnées par Patrick Duffy à la fin des années 1970 et Stargate Atlantis aux débuts des années 2000, le jeu vidéo Tomb Raider (1996) dans lequel Lara Croft visite l’Atlantide ou les compléments à Assassin’s Creed Odyssey (2018) se déroulant dans ce monde perdu.
Entre Fantasy et science-fiction, l’Atlantide connaît une riche vie transmédiatique. Pourtant l’une des œuvres de fiction « atlante » majeures est fort oubliée de ce côté de l’Atlantique.
Publié en livraison dans La Nouvelle Revue en 1904 sous le titre Les Atlantes puis en volume sous celui de Les Atlantes, aventures des temps légendaires aux éditions de la Nouvelle revue en 1905, le roman signé par Charles Lomon et Pierre-Barthélémy Gheusi n’a pas été réédité en France depuis.
Cette perle littéraire est pourtant saluée par toutes celles et tous ceux qui ont eu la chance de la lire.
En novembre 1904, le critique Henry Lapauze écrit : « Je ne sais ce qu’on aimera le mieux en ce roman d’aventures, de son décor planté avec magnificence comme une reconstitution opulente du rêve le plus féerique, ou de l’imagination débordante qui s’y donne cours de page en page […] Les amours d’Argall et de Soroé, qui nous sont contées par MM. Lomon et Gheusi, sont trop hautes pour nos tailles dégénérées : raison de plus pour que nous nous laissions aller au plaisir, même terrible, d’en entendre le récit d’une poésie à la fois intense et magique. »
En 1906, pour la « Revue des livres » du Journal des débats politiques et littéraires, « les auteurs ont fait revivre, avec une puissance extraordinaire d’imagination l’existence de ce peuple de légende. Et ils ont dépeint les événements qui ont marqué la fin de l’Atlantide avec une telle sûreté de touche qu’on en arrive après avoir lu leur livre extraordinaire, à ne pas douter que ce pays de rêve ait certainement existé. »
Rendant hommage à son co-auteur au moment de la mort de Charles Lomon, Pierre-Barthélémy Gheusi se souvenait que « Charles Lomon avait apporté la clarté lumineuse de son esprit, son érudition universelle et toutes les générosités d’un grand cœur. »
Le roman a été réédité en 2015 aux États-Unis. L’érudit Brian Stableford le décrit comme « le premier grand roman de Fantasy épique du XXe siècle ». Car il s’agit bien de cela : un grand roman de Fantasy qui devance de plusieurs décennies le cycle Conan de Robert E. Howard ou Le Seigneur des anneaux de J.R.R Tolkien.
Joseph Altairac et Guy Costes dans l’encyclopédie Rétrofictions saluent cette « puissante évocation de la légendaire civilisation disparue » et affirment que « ces deux auteurs ont apporté une force et une ampleur peu communes à leur description ».
C’est ce grand roman de Fantasy, Les Atlantes, aventures des temps légendaires, qu’ArchéoSF vous permet aujourd’hui de redécouvrir !

Merci à Guy Costes qui a eu la gentillesse de nous fournir les illustrations de René Lelong.

*
*     *

Injustement oublié, Les Atlantes, aventures des temps légendaires, est l’un des premiers romans de Fantasy épique. Argall, le guerrier barbare épris de la belle Atlante Soroé, combat aux côtés de son frère Maghée, la puissante sorcière Yerra, Reine de l’Atlantide. Mais le pouvoir et l’ambition des puissants, la soif de vengeance du peuple, la conquête de l’immortalité et les intrigues de cour se muent en stratagèmes qui fragilisent l’équilibre d’Atlantis. Philtres magiques et sorcellerie, luttes entre clans et monstres antédiluviens, actes héroïques et amours tragiques, le funeste destin de cette civilisation mythique se noue en un récit aux multiples facettes, loin du manichéisme et de la facilité. Joseph Altairac et Guy Costes dans l’encyclopédie Rétrofictions saluent cette « puissante évocation de la légendaire civilisation disparue » et affirment que « ces deux auteurs ont apporté une force et une ampleur peu communes à leur description ».
Un grand roman d’aventure dans un monde fascinant qui annonce tous les grands cycles de la Fantasy contemporaine.

*
*     *

400 pages
ISBN numérique 978-2-37177-234-2 : 5,99€
ISBN papier 978-2-37177-596-1 : 24€

Vous pouvez commander ce livre directement sur notre boutique (une manière de soutenir la maison d’édition et ses auteurs) ou en ligne (Place des libraires, etc.) — et bien évidemment chez votre libraire en lui indiquant l’ISBN 978-2-37177-596-1, distribution Hachette Livre.

ACHETER LE LIVRE

*
*     *

À venir, le 19 août : LA CHUTE DE LA VILLE D'IS

« Carnet de bord 2020, semaine 25
Carnet de bord 2020, semaine 24 »