[NOUVEAUTÉ] Dans le sillage de Louise Ackermann 7 octobre 2020 – Publié dans : Notre actualité – Mots-clés : , ,

Qui est ou fut Louise Ackermann ? Autrice et poète ayant quasiment collé à son siècle (née en 1813, morte en 1890), elle n'a pas, contrairement à d'autres écrivains de sa trempe, traversé le temps pour arriver jusqu'à nous. Ou si peu. Parce qu'elle était une femme à écrire dans un monde d'hommes ? On peut quand même difficilement éviter de se poser la question. On peut même commencer par y répondre. Pourtant, son œuvre est pour le moins singulière. Dans sa poésie comme dans son écriture quotidienne (la tenue d'un journal), ce qu'on y trouve détone : une forme de regard sur la vie dissonant, une fascination pour le cosmos, un anticléricalisme revendiqué. Une écriture.

Pour permettre sa redécouverte, C Jeanney, ici à la baguette, a conçu ce livre non comme une anthologie ou une rétrospective, qui aurait eu le tort d'empoussiérer un peu l'autrice, mais comme une exposition dans laquelle lecteurs et lectrices sont libres de déambuler. Voire, pourquoi pas, comme une enquête, pour tâcher de remonter le fil de sa vie, et d'en saisir les énergies, en comprendre les enjeux. Les textes de Louise Ackermann sont donc librement tressés, et alternent ainsi poésie, prose, extraits du journal, articles de l'époque consacrés à son œuvre... en attendant les œuvres complètes à venir très vite en numérique. Et puisque cette enquête puise ses racines dans notre présent, preuve qu'elle a encore la capacité de s'adresser à lui près d'un siècle et demi après son ère, elle commence comme dans un étrange polar, par un tableau volé. L'occasion d'apprendre à désoublier celles et ceux que l'histoire littéraire a mis de côté au fil du temps, et de faire émerger peut-être d'autres classiques, qui ne demandent qu'à le (re)devenir.

Présentation de C Jeanney

Louise Ackermann (1813-1890), figure singulière du paysage littéraire du XIXe siècle, connut son heure de gloire, mais très vite préféra aux honneurs ses chiens et ses arbres fruitiers ; ses voisins la tenaient pour une grande défricheuse — il faut beaucoup de résistance, d’obstination, pour défricher. Son tempérament bien trempé la préservait de toute compromission et c’est résolument à l’écart de la vie mondaine qu’elle a travaillé son écriture.

C’était une femme forte, solitaire, perfectionniste (« Nos écrits sont comme les galets de la mer ; ce n’est qu’à force d’être roulés dans notre esprit qu’ils acquièrent du poli et de la rondeur. »). Elle utilisait son Journal comme un carnet d’ébauches ; ainsi il n’est pas rare d’y lire les premiers jets de ses Pensées d’une solitaire.

La colère l’animait : contre les dogmes, les clergés de tous poils (« Je suis l’incrédule religieux »), contre le fanatisme, les mensonges, la guerre. On peut la trouver pessimiste. C’est pourtant « l’amour pour le bien, pour la justice et l’humanité » qui la porte. Elle croyait à la connaissance, se méfiait des facilités. D’une grande curiosité, elle s’intéressait aux dernières découvertes scientifiques ; le cosmos en particulier la fascinait (« Je n’ai plus envie de voyager […]. Les autres planètes seules me tenteraient. »)

Elle laisse derrière elle une œuvre assez brève mais intense, modelée par les remous de son caractère. Gourmande de rimes, intransigeante lorsqu’elle s’emporte, lyrique — on pourrait dire à fleur de peau — face aux misères de la condition terrestre, c’était aussi une femme simple (« Mes pâtés sont meilleurs que mes vers ») qui portait des chapeaux de pêcheur à la ligne. Une partie d’elle se moquait de tout, hors l’essentiel.

Toute sa vie, sa pensée n’a cessé d’être en recherche, occupée à creuser, semer, ôter les mauvaises herbes. Louise Ackermann a écrit comme elle défrichait, en femme indépendante, discrète, hors du commun.

Extrait des Poésies philosophiques : À la comète de 1881

Bel astre voyageur, hôte qui nous arrives

Des profondeurs du ciel et qu’on n’attendait pas,

Où vas-tu ? Quel dessein pousse vers nous tes pas ?

Toi qui vogues au large en cette mer sans rives,

Sur ta route, aussi loin que ton regard atteint,

N’as-tu vu comme ici que douleurs et misères ?

Dans ces mondes épars, dis ! avons-nous des frères ?

T’ont-ils chargé pour nous de leur salut lointain ?

Ah ! quand tu reviendras, peut-être de la terre

L’homme aura disparu. Du fond de ce séjour

Si son œil ne doit pas contempler ton retour,

Si ce globe épuisé s’est éteint solitaire,

Dans l’espace infini poursuivant ton chemin,

Du moins jette au passage, astre errant et rapide,

Un regard de pitié sur le théâtre vide

De tant de maux soufferts et du labeur humain.

Nous sommes ingrats envers les penseurs et les artistes qui nous ont précédés. Que serions-nous sans eux ? Ils ont été les anneaux qui nous relient à la chaîne infinie. Comme dans un cerveau individuel une idée en amène une autre, leur œuvre a suscité la nôtre. »
Louise Ackermann, Journal

Ce livre s’ouvre comme une enquête sur Louise Ackermann (1813-1890). Qui était-elle ? 
L’Histoire – avec sa grande hache – l’a en partie effacée, son nom étant peu mentionné dans les anthologies, les encyclopédies qui touchent à la littérature du XIXe siècle. Sans doute qu’en plus d’avoir le défaut d’être une femme, elle n’avait pas le goût d’organiser elle-même sa propre publicité et ne cherchait pas la gloire.

Penseuse, poétesse, sincère, enthousiaste, colérique aussi, et admirée par Tolstoï, elle disait : « Je ne suis pas femme de lettres ; je n’écris pas, je chante. » Les fragments réunis ici – articles, écrits personnels, biographies, poèmes, lettres, journal intime, notices de ses contemporains et des lieux qu’elle a fréquentés –, constituent le matériau qui permettra de (re) découvrir son lyrisme, son insolence tranquille et la modernité de sa voix sans concession. En somme, de ce qui reste dans son sillage.

 

*

*     *

208 pages
ISBN numérique 978-2-37177-241-0 : 3,99€
ISBN papier 978-2-37177-599-2 : 15€

Vous pouvez commander ce livre directement sur notre boutique (une manière de soutenir la maison d’édition et ses auteurs) ou en ligne (Place des libraires, etc.) — et bien évidemment chez votre libraire en lui indiquant l’ISBN 978-2-37177-599-2, distribution Hachette Livre.

ACHETER LE LIVRE

« Carnet de bord 2020, semaine 41
Carnet de bord 2020, semaine 40 »