[NOUVEAUTÉ] Des Oloés : espaces élastiques où lire où écrire, d'Anne Savelli 20 mai 2020 – Publié dans : Notre actualité – Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

Anne Savelli sait mettre les espaces de vie et de représentation au centre des attentions. Au-delà de la notion de décor, qui a occupé une partie deson œuvre (Décor Lafayette, chez Inculte, Décor Daguerre aux Éditions de l’Attente, et la figure de Dita Kepler éparpillée dans plusieurs textes), le lieu au sens large peut servir de fil conducteur à son travail (Fenêtres, Le Mot et le reste puis Saint-Germain-en-Laye, de nouveau à l’Attente, en sont un bel exemple). Qu’en est-il du lieu (intime mais aussi très concret) de la lecture et de l’écriture ? C’est le sujet de ce Des oloés, écrit en 2011 après son premier roman chez Stock (Franck), qui a connu déjà plusieurs métamorphoses numériques. On y trouve donc l’origine du néologisme oloé (où lire où écrire) qui est utilisé depuis une dizaines d’années pour désigner ces lieux un peu mouvants, dans l’espace public notamment, qui font figure de havre de paix (intérieure, extérieure) pour se dévouer corps et âme à la littérature.

 

Présentation, par Anne Savelli

Le livre que vous allez lire a déjà vécu plusieurs vies, presque jumelles, jamais semblables. Tout a commencé par une commande de Mélico, un site web disparu sur lequel on pouvait entendre des entretiens avec des libraires, trouver des articles les concernant mais aussi des textes d’auteurs évoquant les livres, la lecture. C’est grâce à Hélène Clemente du SNL et à Pierre Cohen-Hadria, qui menait alors les interviews, que j’ai trouvé un lieu où faire vivre ce mot inventé : oloé. O-L-O-É. Où lire ou écrire. Où lire où écrire. N’importe quel espace, meuble, objet détourné qui le permette. La parution se faisait alors en feuilleton, à un rythme mensuel. En 2011, les textes furent réunis dans un livre numérique avec liens et photos publié par le collectif D-Fiction. Assez vite, alors que je ne m’attendais à rien, j’ai eu la surprise de voir que le mot plaisait, que certains lecteurs se l’appropriaient en décrivant leurs lieux fétiches au point qu'un site fut créé par l'écrivain Joachim Séné pour regrouper leurs textes : Des oloés du monde entier. Sortir, chercher un lieu où lire où écrire parce qu’on ne peut pas le faire chez soi. Ne pas trouver. Ne pas se décourager. Inventer un mot pour ce manque, écrire tout autour, publier le texte. Voir que l’oloé se propage : voilà l’histoire. À la relecture, je m’aperçois que c’est également un livre sur un livre, Franck, paru en 2010. À l’époque, j’étais très marquée par les années passées à l’écrire, puis sa publication chez Stock. Si je devais reprendre Des Oloés à zéro, aujourd’hui, ce serait peut-être autre chose, qui sait. Dans cette nouvelle version, vous trouverez quelques différences, parfois des retraits (j’ai supprimé photos et liens), des ajouts surtout : des notes, des propositions pour ceux qui auraient envie de s’y mettre, d’écrire leurs propres oloés et un livret final comprenant des textes de Thierry Beinstingel, Pierre Cohen-Hadria, Virginie Gautier, Maryse Hache, Olivier Hodasava, Christine Jeanney, Pierre Ménard, Juliette Mézenc, Franck Queyraud, Joachim Séné et Lucien Suel. Qu’ils soient tous très chaleureusement remerciés, avec une pensée pour Maryse, disparue en 2012 et qui reste présente dans nos esprits à tous.

 

Tout en attendre. Ne rien espérer. Aller à sa rencontre comme si on tombait amoureux.

Qu'est-ce qu'un oloé ? Un lieu quelque part où lire ou écrire ? Un état d'esprit ? Une idée, un rêve, une envie ? Un livre, pour commencer.

Dans ce livre, Anne Savelli interroge à la fois ses propres pratiques créatives (comment se consacrer à la littérature quand on est perpétuellement en mouvement ? ) et la possibilité de faire de l'écriture, domaine de la solitude par excellence, un territoire du commun.

À qui sommes-nous reliés quand nous lisons ? Comment n'écrit-on jamais seul quand on écrit ? Reflet de la diversité qui l'a inspiré, le néologisme "oloé" est passé dans notre langage courant. Il est utilisé par tous : des auteurs invités dans cette nouvelle édition à s'approprier le concept aux lecteurs qui pourront, grâce à plusieurs propositions d'écriture façon "atelier", prolonger l'expérience pour que chacun puisse écrire, à son tour, dans l'énergie des oloés. Élastique, forcément.

Avec la participation de Thierry Beinstingel, Pierre Cohen-Hadria, Virginie Gautier, Maryse Hache, Olivier Hodasava, Christine Jeanney, Pierre Ménard, Juliette Mézenc, Franck Queyraud, Joachim Séné et Lucien Suel.

 

*
*     *

144 pages

ISBN numérique 978-2-37177-233-5  : 5,99€

ISBN papier 978-2-37177-595-4 :  14€

 Vous pouvez commander ce livre directement sur notre boutique (une manière de soutenir la maison d’édition et ses auteurs) ou en ligne (Place des libraires, etc.) — et bien évidemment chez votre libraire en lui indiquant l’ISBN 978-2-37177-595-4, distribution Hachette Livre.

ACHETER LE LIVRE

« [REVUE DE PRESSE] La ville soûle, une rêverie en forme de fleuve
Carnet de bord 2020, semaine 20 »