Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] M.E.R.E. déchiffre, épelle l’alphabet d’un cauchemar habillé par un rêve…

Merci à Rémy Puyuelo, psychanalyste, pour cette fine analyse du livre M.E.R.E de Julien Boutonnier, que nous reproduisons ici avec son aimable autorisation. « la blanc m’a ridé » (p. 49) Les voyelles. A. Rimbaud. 1870-1871. « Chef d’œuvre magico-alchimisto-kabbalisto-spiritualisto-psychologico-erotico-megaico-structuraliste » (René Étiemble) Miniature à la lettre. Paul Klee hésita toujours entre la peinture, la musique, le dessin et les mots et les lettres. En 1916-1918 il composa des poèmes, écrits en lettres inscrites dans des carrés de couleurs vives. M.E.R.E…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] Malaïgue : un conte poétique, ésotérique, érotique, mystique, mystérieux…

Merci à Laurent Bouvy pour cette critique à retrouver sur Babelio. La Méditerranée agonise. Surexploitée, polluée, empoisonnée, elle crache ses gaz, elle diffuse la mort. Un miasme, rose, jaune cache le soleil du sud, intoxique les hommes, faute de poissons et animaux marins qui ont pratiquement disparu. Dans le Sud, c'est la panique. Les politiques ont déserté, les humains les plus faibles se meurent. Mô profite de la panique pour s'enfuir de l'asile dans lequel…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] Entretien sur les éditions publie.net avec Guillaume Vissac, animé par Guénaël Boutouillet

Publie.net, entretien avec Guillaume Vissac Entretien sur les éditions avec Guillaume Vissac, animé par Guénaël Boutouillet. Mercredi 7 février 2018 / 19h30 / Le lieu unique, pour la Maison de la poésie de Nantes Publie.net est une maison d’édition de littérature contemporaine ancrée dans la création qui s’écrit et se partage sur le web, ouverte aux œuvres qui lui font écho dans tout l’espace littéraire et transmédias. Guillaume Vissac est auteur et fait partie du…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] M.E.R.E, une sorte de cyborg poétique, sur En attendant Nadeau

Merci à Santiago Aztoqui pour cette chronique à retrouver sur En attendant Nadeau Un deuil orthonormé par Santiago Artozqui Julien Boutonnier publie M.E.R.E, un livre-objet-papier-fichier-performance-abécédaire, une sorte de cyborg poétique qui fait écho, plutôt que suite, à Ma mère est lamentable, son précédent recueil chez Publie.net. Julien Boutonnier, M.E.R.E. Publie.net, coll. « L’esquif », 496 p., 25 € (version numérique incluse) M.E.R.E s’ouvre sur le même texte liminaire que Ma mère est lamentable, « Rêve de New York », du moins c’est ce que l’on croit…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] Légendes, de Daniel Bourrion, sur Mobilis

Merci à Claire-Neige Jaunet pour cette chronique à retrouver sur Mobilis.   Daniel Bourrion nous installe, avec la belle prose poétique de Légendes, au cœur de ce qui nous donne une identité : la langue et la mémoire. Lecture par Claire-Neige Jaunet.  Légendes, de Daniel Bourrion, évoque, dans une belle prose poétique, ce que peut être la perte de la "langue première" et son remplacement par une autre, apprise par nécessité, et venant gommer "les mots…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] Et le quotidien, alors, serait matière à faire du mieux ? (l’un des « Millimètres » de François Bonneau)

Article à retrouver ici, merci ! En nouveau Jonathan Swift, François Bonneau mesure en « MILLIMÈTRES » les distances qui unissent (ou séparent) les hommes et leurs mondes. Avant de révéler son visage humain, et son indomptable propension à la transgression, il se sert d’une métaphore extrêmement rationnelle et frôle les frontières inaccessibles du calcul infinitésimal pour revendiquer le naturel heureux de chaque existence, l’exiguïté des destins humains que contredit la force irrépressible de l’amour… J’ai découvert…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] Lieux, de Daniel Bourrion : l'incroyable empilement des âges

Merci beaucoup à Juliette Cortese pour cette chronique à retrouver ici. Certains font du surf, attendent la vague, patiemment. Daniel Bourrion attend la métaphore. Et quand elle arrive, il la prend, s'y tient debout longtemps, la phrase pour planche, toujours en mouvement, gardant l'équilibre sur les aléas, jusqu'à ce qu'elle l'emmène le plus loin possible, jusqu'à ce qu'elle aille mourir sur le rivage, dans un flux et un reflux de mots nouveaux. On le suit,…

Continuer la lecture