Carnet de bord, semaine 41 13/10/2019 – Publié dans : Carnet de bord – Mots-clés : , , , , , , ,

publie.net, le feuilleton, à retrouver chaque semaine, par GV.

lundi

Il y a des choses qui, à la longue, fatiguent. Par exemple, se voir rapporter par un lecteur, ou une lectrice, X fois dans l'année, leur impossibilité de faire commander l'un de nos livres par un libraire. Là-dessus, on peut supposer que les torts sont partagés, et que si ce n'est pas encore entré dans les mentalités que publie.net c'est aussi des livres imprimés, c'est qu'on a dû rater quelque chose au niveau de notre communication. Mais peut-être aussi que certains libraires ne font pas l'effort lors d'une commande client. Parce que quand tu te connectes sur Dilicom, sur Electre ou ailleurs, que tu vois distributeur : Hachette livres, c'est un peu étrange de répondre au client "les livres publie.net ne sont pas distribués en librairie" ou alors "ce n'est que du numérique". D'ailleurs, sur Dilicom, il est très facile de filtrer les livres papier des livres numériques (une case à cocher). Déjà que la mention impression à la demande des flux de métadonnées sont compris comme "surtout ne pas commander"... De retour à Montaigne, les dilemmes diffèrent un peu : faut-il écrire ah ah ah ou ha ha haBen ou Bah ? Quant à italique, je passe mon temps à l'écrire trop vite, ce qui donne systématique itlaique dans mes commentaires. Je ferais mieux de m'en tenir à it. Ou bien à une balise HTML, genre <i>.

 

mardi

Après un rendez-vous au café avec Christophe Grossi pour travailler sur son prochain livre à paraître en mars (demain, quoi), j'ouvre un document qui s'intitule phrase-magique_2020.odt. Sur cette table, ronde, à moitié dans le froid du dehors, à moitié dans la chaleur artificielle des intérieurs, on travaille bien. On avance. Je ne lui dis pas qu'à chaque fois que je veux retrouver Ricordi dans une de mes bibliothèques, je vais systématiquement au même endroit de l'appartement, alors qu'il ne s'est jamais trouvé là, il faut donc à chaque fois que je fasse le chemin inverse car il est littéralement à portée de main quand je suis à mon bureau. C'est, en soi, étrange. Le plus étrange étant encore que je ne décide pas une bonne fois pour toute de le déplacer à l'endroit où je crois qu'il se trouve plutôt que de le laisser à sa place, là où il se trouve qu'il est. La journée, de toute façon, est marquée par des bizarreries pas communes. Des messages vieux de plusieurs semaines voire plusieurs mois refont surface via notre application cabine de téléphone rouge. Des fantômes, somme toute. Et quand j'en viens à écrire le mot foirés, au pluriel, dans un tableur excel, l'application me le transforme automatiquement en =SEARCH(), ce qui est quand même surnaturel (c'est une journée surnaturelle).

 

mercredi

Nous sommes le neuf, c'est le jour du rapport du mois précédent à l'équipe élargie. Il y a des chiffres et des tableaux, des couleurs et des graphiques, il y a même des pourcentages, des courbes, des plus, des moins, du rouge, du vert, des camemberts (pas encore ceux décrits par Daniel Bourrion dans son récit à paraître en mars, mais on y arrive), des diagrammes, des histogrammes, non, pardon, il n'y a pas d'histogrammes, mais il pourrait y avoir des histogrammes. Le mois prochain peut-être. Voilà qui nous changera. On pourrait en effet faire tourner les graphiques. Être créatifs dans nos rapports et comptes-rendus. Par exemple, j'ai toujours le sentiment de dire à peu près la même chose dans le message accompagnant ce fichier : tel secteur a bien marché le mois dernier, mais en revanche pour tel autre c'est plus compliqué (pour X ou Y raisons d'ailleurs). Et si cet exercice est au fond un peu frustrant, c'est parce qu'on se rend compte qu'au fil du temps, quand on marche bien (façon de parler) quelque part, par exemple ici les ventes sur le site, on marche moins (façon de parler) dans d'autres, là les ventes en librairie. Résultat des courses, les progrès qu'on fait dans telle catégorie sont atténués par les baisses dans une autre. Et, fatalement, les choses s'équilibrent. On espère que les essais parus ce mois (aujourd'hui Amnésie du présent de Jacques Ancet) vont nous aider à poursuivre la saison.

 

jeudi

Aujourd'hui, annonce du Nobel de littérature alors, comme chaque année, bien sûr, je prépare des communiqués de presse au cas où. En plus, cette fois, il y en aura deux, on a donc deux fois plus de chance de l'avoir. On imprime donc des bandeaux des fois que. Comme tout le monde quoi. Nous parlons précisément du Nobel avec Julie, mais aussi de tout le reste : comment c'est toujours bouché en librairie avec une rentrée qui s'étend, s'étend, s'étend. Si ça continue comme ça, on y sera encore en janvier. Et il faudra tout recommencer à nouveau. Et on en vient aux interrogations qui nous taraudent : quel espace pour des petits éditeurs comme nous ? Quand peut-on espérer respirer un peu ? Normalement, maintenant. Mais pas cette année. L'année dernière, ça n'était pas à ce point ! Mais il y a quelques chances malgré tout que l'année dernière au même moment nous en étions à nous dire précisément la même chose en tâchant de nous souvenir de l'année précédente. D'ailleurs, c'est de plus en plus dur pour tout le monde, et notamment les éditeurs non diffusés et/ou non distribués. Là, Julie passe la majeure partie de ses appels à parler conditions de vente, pas littérature. Quel pourcentage de remise, retours autorisés ou non, quel est le distributeur, comment c'est imprimé. Par exemple, on propose une remise de 35% à tous les libraires avec qui on travaille (qui passe à 40% pour Amazon et Fnac car là, pas le choix, c'est par là ou par la porte). Ici ou là, en-dessous de 38%, c'est mort. Il faut qu'on pense à notre masse salariale. Quid de la nôtre ? Quid surtout de toutes les structures qui n'ont même pas de masse salariale et qui ne se payent pas ? On a un peu l'impression de comprendre le message : le commerce de livres, les gars, c'est du sérieux, allez jouer ailleurs. Ou alors c'est un prétexte ?

 

vendredi

Relectures à faire, ou à finir. C'est le cas de L'homme heureux, pour lequel je propose également une idée de couverture potentiellement moisie (parce que les idées potentiellement moisies, ça ne se garde pas pour soi, ça se partage avec les copains !), puis Horace, dont les épreuves sont arrivées en réalité depuis un certain temps et m'attendent sur un coin du bureau, en compagnie d'Orphée, enfin je veux dire de Rilke. Une autre livraison dans l'après-midi. Les livres à l'intérieur des cartons froids sont froids, signe que l'hiver littéraire (ou qui sait nucléaire) est proche. J'ai aussi une montagne (numérique) de manuscrits pas même ouverts et qu'il convient de dispatcher dans des catégories (mentales), et des réponses à faire, et un problème urgent d'impression à régler avec l'imprimeur et pas moyen de l'avoir, et... Bon, ce n'était pas une bonne semaine.