[REVUE DE PRESSE] Voyage sous les flots : entre le feu des volcans des Açores et les glaces du pôle Sud 26 avril 2021 – Publié dans : La revue de presse

Merci à Bifrost et à Erwann Perchoc pour leur chronique des Voyages sous les flots dans le numéro 98 de la revue. Tout le monde aujourd’hui connaît le Nautilus, le fabuleux sous-marin du capitaine Nemo… mais qui se souvient encore de son immédiat prédécesseur, l’Éclair ? Personne ou presque. Imaginé par Jules-Aristide-Roger Rengade, alias Aristide Roger, cet Éclair est l’un des premiers submersibles de fiction. Raisons pour lesquelles on n’est guère surpris de voir Philippe Éthuin…

Continuer la lecture

[REVUE DE PRESSE] J'ai été Robert Smith : « je suis de ce monde-là et c’est le mien à tout jamais » – Publié dans : La revue de presse

Merci à la Viduité pour cette chronique que vous pouvez retrouver ici-même. — Des souvenirs d’adoration, la jeunesse qui revient dans une identification clownesque à l’idole. Avec une belle distanciation à lui-même, en de longues phrases musicales et ironiques, Daniel Bourrion nous fait revivre cet événement, son impossible nostalgie mais surtout ressuscite l’exaltation, les moments de découvertes, l’émotion de la musique sans avoir en parler. J’ai été Robert Smith et ses belles bonus tracks, La…

Continuer la lecture

[REVUE DE PRESSE] Quelque chose que je rends à la terre : l’humus lui-même à qui nous devons notre nom d’homme (Les Découvreurs) 19 avril 2021 – Publié dans : La revue de presse

Merci aux Découvreurs pour cette belle chronique à retrouver ici-même. — TENIR AU MONDE. SUR UN BON LIVRE DE SÉBASTIEN MÉNARD PARU CHEZ PUBLIE.NET. Beau titre que ce Quelque chose que je rends à la terre, que viennent de m’adresser les éditions Publie.net. Et l’idée d’imaginer le poème comme une sorte de contre-don, une chose par laquelle on s’acquitterait d’une dette qu’on aurait contractée avec le monde, avec la vie, avec la terre qui nous…

Continuer la lecture

[REVUE DE PRESSE] Doucement (!) : diluer les petites tyrannies quotidiennes (L'Espadon) – Publié dans : La revue de presse

Merci à L'Espadon pour cette belle chronique à retrouver ici-même. — La poésie sur L'Espadon n'est plus réservée au vendredi et déborde désormais sur les autres jours de la semaine. Doucement (!), recueil signé Katia Bouchoueva, nous promène dans une géographie vécue multipliant les rencontres, les sites, les voix et les perspectives, avec un goût pour le déracinement en douceur, à l'affût des indices d'un quotidien français digne d'observations ou de descriptions. Des curiosités bucoliques, historiques…

Continuer la lecture

[REVUE DE PRESSE] Les présents, d'Antonin Crenn : lumineux et initiatique (Evelyne Leraut) 15 avril 2021 – Publié dans : La revue de presse

Merci à Evelyne Leraut pour cette belle chronique à retrouver ici-même. — La vérité ! s’écrit Gabriel (geste), comme si tu savais cexé. Comme si quelqu’un au monde s’avait cexé. Raymond Queneau & Antonin Crenn. Olympien, ce classique à l’aube-née est un modèle pour tous les étudiants en littérature. Le style est un champ de blé en mouvement. Le fluide magnétique d’un renom en apogée. Cette trame qui pousse son premier cri à la vie, piédestal…

Continuer la lecture

[REVUE DE PRESSE] Le flow comme une errance : Marche-frontière d'Ahmed Slama lu par la Viduité – Publié dans : La revue de presse

Merci à la Viduité pour cette belle chronique que vous pouvez retrouver ici-même. Le flow comme une errance, une inscription dans un autre espace où le flot des mots rattraperait la perte d’identité, ce sentiment de clandestinité dont Ahmed Slama dessine les contours. Un homme égare son titre de séjour, tout ce qu’il est, à commencer par son nom, s’effrite. Dans une succession de fragments sur le vif – la vie telle qu’elle s’observe au…

Continuer la lecture

[REVUE DE PRESSE] Quelque chose que je rends à la terre, lu par Charybde 1 avril 2021 – Publié dans : La revue de presse

Merci à la librairie Charybde pour cette belle chronique que vous pouvez retrouver ici-même. La chronique poétique subtile d’un retour à l’essentiel, à une terre riche en luttes et en amitiés, sans repli mais au contraire dans la ligne de fuite magnifique. x la première chose d’importance que je peux vous dire la première chose que je peux vous dire c’est qu’aujourd’hui j’ai posé cette question à plusieurs reprises « quelle est la première chose d’importance…

Continuer la lecture

[REVUE DE PRESSE] Dans le sillage de Louise Ackermann : une véritable enquête, un portrait passionnant 9 février 2021 – Publié dans : La revue de presse

Merci à Guillaume Lecaplain pour cette chronique à retrouver dans Libération. «Mes pâtés étaient meilleurs que mes vers». Quelle poète a bien pu, au soir de sa vie, tirer un tel bilan de sa production gastronomique et littéraire ? Ne cherchez pas, personne ou presque ne la connaît plus. Louise Ackermann, née en 1813 et morte en 1890, est une personnalité à part. Reconnue pour sa poésie mais éloignée des cénacles de son temps, elle vit en…

Continuer la lecture

[REVUE DE PRESSE] La comédie urbaine : le romantisme à l'aune de la modernité – Publié dans : La revue de presse

Chronique à retrouver sur Les notes, merci ! — C’est l’histoire de Sylvain, vendeur en librairie qui se rêve poète, chantant sa muse Akiko, de Patrick, le barman passionné de Steve MacQueen qui rêve, lui, d’attacher son nom à un cocktail fabuleux et de Nando, le philosophe qui a raté cinq fois son Deug… de philosophie. Ces trois garçons dans le vent vivotent tant bien que mal d’expédients plus ou moins honnêtes ; des vies d’étudiants…

Continuer la lecture

[REVUE DE PRESSE] : La littérature inquiète, un texte passionnant et essentiel (Librairie Charybde) – Publié dans : La revue de presse

Merci à la librairie Charybde pour cette chronique ! à retrouver ici-même. Tout ce qui se joue dans l’interstice prolifique entre lire et écrire. Un texte passionnant et essentiel. x Le nom propre est le nom de nom. L’économie du nom, on ne peut la faire. Faire le nom, dire le nom, c’est non seulement réciter sa leçon de choses, faire son herbier de fleurs, mais c’est surtout notre sort commun. C’est un peu le…

Continuer la lecture