Lettre d'info de mars 2019 09/03/2019 – Publié dans : La lettre d'info

 

 

Lettre d'information
de mars

 

 

 

Cher.e.s ami.e.s,

Nous sommes entre les mondes. Il y a celui que l'on tenterait d'atteindre dans bon nombre de nos lectures : le monde virtuel de la fiction, par exemple quand il adopte les codes du jeu vidéo, comme dans Locked-in Syndrome et Le jeu continue après ta mort, deux romans fous redéfinissant le rapport aux mondes persistants que nous rééditerons dans quelques jours. Ou lorsqu'il prend la forme d'un chamanisme poétique, comme avec D'un voyage au Pays des Tarahumaras, bijou d'Antonin Artaud disponible pour la première fois en numérique. Il y a le monde bien réel avec son histoire, son actualité, son peuple, ses violences : par exemple ces histoires d'affrontements policiers et de prison, d'évasion et d'espoir dans une confrontation inédite de deux textes classiques autour de la Bande à Bonnot (rendez-vous fin de mois avec Victor Méric et Albert Londres pour cela). Il y a ce que nous considérions encore il y a peu comme un autre monde : s'imaginer lire une critique d'un de nos livres dans Libération ou dans Le monde des livres, c'est désormais le cas et c'est à n'en pas douter un grand moment dans la vie d'une maison d'édition comme la nôtre. Il y a aussi la frontière entre le monde des morts et celui des vivants et Antoine Emaz, qui vient de la franchir il y a peu (voir ci-dessous), mérite que l'on continue plus que tout à le lire (alors faisons-le).

Et il y a le monde dans lequel on souhaite se projeter, un monde qui permettrait (rêvons un peu) aux auteurs et aux autrices de mieux gagner leur vie en écrivant, un monde où chaque dispositif de soutien compte. Par exemple, dans ce monde-là, la Maison des Écrivains et de la Littérature ne serait pas confrontée aux difficultés qu'elle rencontre actuellement dans le nôtre. Dans ce monde-là, la Mél pourrait ainsi continuer à faire ce qu'elle fait de mieux : être un acteur majeur permettant aux auteurs et aux autrices d'être rémunérés pour leurs interventions.

Mais aujourd'hui, dans notre monde présent, ce n'est pas le cas. Et la Mél est menacée à court terme : les droits dus aux auteurs ne peuvent pas être versés, pas plus que les salaires des salariés de l'association ce mois. La situation actuelle de grande précarité des auteurs, mise en lumière ces dernières années par des mouvements comme #PayeTonAuteur, et le contexte préoccupant dans lequel évolue le marché du livre exigent que la mission d'acteurs tels que la Mél soit mise au rang des priorités de nos pouvoirs publics. Pour soutenir la Mél dès maintenant, sachez qu'une tribune paraît ces jours-ci dans Le Monde, et qu'une pétition a été lancée : nous vous invitons à la signer, à la partager. Et à vous faire entendre. Vos lectures de demain en dépendent peut-être.

Sincèrement,

L'équipe publie.net

 

 

 

 

À paraître

 

 











 

 

Toujours disponibles

 

 

 

La vie dans ses plans, Paris en ses pliures ; le roman et ses représentations. L’épaisseur du trait nous plonge dans une introspection pleine de miroir, comme en quête de perspective, de cette dimension manquante où pourrait se comprendre le passage à l’âge adulte. Au creux d’une langue limpide, d’une patine presque intemporelle, Antonin Crenn écrit un roman léger, profond comme les interstices ouverts par cette lente découverte d’un espace à soi qui nous est conté.
— Extrait de la chronique du 3 janvier 2019 à retrouver sur La Viduité








 

Dans cet étrange catalogue des métiers d’un autre temps — pour la plupart… —, découvrez comment le peuple de l’autre siècle rivalisait d’ingéniosité et de débrouille pour subvenir à ses besoins. Du chasseur de vipères au fabricant de confettis, de boutons ou d’asticots, des cabocheurs aux dompteurs de fauves, des sculpteurs de saindoux aux compteurs d'œufs, c’est tout un monde imprévu qui se déploie au gré de ces pages étonnantes. Un livre destiné à tous les amateurs de curiosités.

 

 

Lisez tout, abonnez-vous !

 

 

 

Et si, d'ici à la fin de cette année, nous parvenions à doubler notre nombre d'abonné.e.s ? C'est le défi que l'on se lance. Et à vous également !

 

 



 

 

Libraires, nos conditions évoluent 

 

 

 

Depuis le 1er janvier, nos conditions ont changé : désormais, les retours sont autorisés sur nos parutions papier parues depuis 2018 (et les prochaines). Nous contacter (libraire@publie.net) pour plus de précisions, n'hésitez pas également à nous demander des livres en service de presse !

 

 

 

 

Agenda

 

 

 

  • Les 7 et 8 mars, à l'invitation du Bureau des affaires poétiques, de Québec Florence Jou animera un workshop à destination des auteurs et actrices de Québec (le 7) et effectuera une lecture solo de Kalces (le 8) : Lecture-concert au Palais d'Youville, Québec, 20h. 8p  20:00  Programme triple au Palais Montcalm.
  • Le 18 mars, 18h30, la Bibliothèque de l'Arsenal (Paris) propose une présentation de livres d’artistes réalisés par les étudiants, inspirés par Marcher dans Londres en suivant le plan du Caire de Virginie Gautier (2014) et par le Dictionnaire des lieux imaginaires d’Alberto Manguel et Gianni Guadalupi(1980). En association avec l’École Estienne (Laboratoire d’Expérimentations Graphiques). En présence de Guillaume Vissac. Entrée libre sur inscription :  visites@bnf.fr ou par téléphone au 01 53 79 49 49.
  • Dans le cadre du festival POEMA, Laurent Grisel interviendra les 5, 6 et 7 avril à Metz dans le cadre d'un débat avec Sophie G. Lucas et Frank Smith intitulé "Poésies du réel".
  • Le 27 avril, représentation théâtrale de Climats par Anna Desreaux au Carrouège (café écologiste associatif en forêt du Morvan).
  • Le 4 mai, représentation théâtrale de Climats par Anna Desreaux à Barjols dans le Var.
  • Les 24-25 mai, dans le cadre du festival POEMA, à Nancy, Julien Boutonnier participera aux Périphéries du Marché de la poésie en compagnie de Albane Gellé, Frédérique de Carvalho, Mary-Laure Zauss et Ludovic Degroote.

 

 

 

 

Revue de presse

 

 

 

L'épaisseur du trait

La légèreté du récit ne doit pas rendre notre lecture distraite, et Antonin Crenn n’écrit pas distraitement, ni ne se défait soudain sans raison de sa peau géométrique. L’accession aux sentiments passe par une aventure verticale.

Claro, Le Monde des livres

Image et récit de l'arbre et des saisons

L’écriture ici, alternativement active ou contemplative, émouvante ou objective, confère à ce texte inclassable un caractère de poésie romanesque, ou de roman poétique, dont une des interrogations les plus centrales est d’explorer ce qui différencie l’image au sens filmique, photographique, affichiste, l’image plastique, de ce qu’on appelle image en poésie, et littérature.

Xavier Bordes, Recours au poème

Aujourd'hui Eurydice

Réécriture du mythe de Eurydice et Orphée dans un monde "à la Volodine". La langue est belle et donne envie de la lire a haute voix.

@LivresElsa via Twitter

Star ou Ψ de Cassiopée

Star ou Ψ de Cassiopée est un bijou, et sa réédition chez ArchéoSF est une excellente chose.

Palabres éclectiques

 

 

 

 

Antoine Emaz

 

 

 

Antoine Emaz nous a quittés il y a quelques jours. Pour beaucoup d'entre nous, il est une référence majeure et incontournable de la poésie d'aujourd'hui. Cambouis (publié initialement au Seuil, collection Déplacements) et Cuisine, tout comme Lichen lichen ou plus tard Planche chez d'autres éditeurs, ont contribué à rendre visible et sensible l'atelier du poète, mettant à nu la machinerie des écritures. Nous continuerons à le lire encore et encore et, nous l'espérons, à le faire lire autour de nous. Nos condoléances vont à sa famille et à ses proches et nous vous renvoyons vers l'impressionnant dossier compilé par Florence Trocmé pour Poezibao pour (re)découvrir son œuvre.