Un texte/Une voix — Flocoon Paradise/Philippe Carrese 18/05/2013 – Publié dans : Un texte/Une voix – Mots-clé : , ,

Aujourd’hui, nous inaugurons une nouvelle rubrique : Un texte/une voix, qui met en lumière un titre de notre catalogue en trois questions à l’auteur du livre. Rapide et efficace !

C’est avec Philippe Carrese que nous débutons cette série dominicale, et son Flocoon Paradise déjanté.

[divider style= »dotted » height= »40px » ]

9782814504073

Quelle est la phrase/anecdote/situation qui déclenche l’écriture de Flocoon Paradise ?

J’avais une image persistante dans le crâne depuis mon adolescence, l’idée d’un film catastrophe, une tempête de neige hors norme qui enfouissait une grande ville sous vingt mètres de neige. Seule une tour émergeait. Les habitants se réfugiaient sur le toit, essayaient de s’en sortir, décidaient de partir par les égouts, quitter la ville comme ça. Et lorsqu’ils étaient dans les canalisations, manque de bol, la fonte s’accélérait. Ça, c’est l’idée de base. Ensuite, beaucoup plus tard, un peu avant le passage au siècle suivant, j’ai fait un repérage avec une journaliste présentatrice de la télé trop bavarde et obsessionnelle sur son gamin qui m’a fait une première longue phrase entre Marseille et Briançon, puis une deuxième phrase entre Briancon et Marseille quand on est rentrés. Insupportable. Mais inspirant… c’est elle l’attachée de presse du roman. Et troisième source d’inspiration, le comportement de tous ces journalistes et chroniqueurs invités que je croise dans les festivals, qui se croient le centre du monde et qui pratique l’abus de position dominante comme des petits coqs méprisants et capricieux. Flocoon Paradise, c’est un peu tout ça.

Si Flocoon Paradise était une personne ou un personnage, qui serait-il ?

Un mime bavard et bègue (un genre de paradoxe ambulant et improbable… et pourtant, j’en connais un comme ça).

Quel passage/mot/extrait de Flocoon Paradise vous tient le plus à cœur et pourquoi ?…

Tout le voyage en bus du début, avec la découverte du troupeau de journalistes me plait bien. La descente des tuyauteries de la station de ski en canoë de survie par le journaliste de télérama qui philosophe sur le cinéma d’auteur tchétchène me plait bien aussi, surtout la fin du paragraphe où il termine en frites, explosé sur une grille d’aération (c’est parce que je dois avoir un fond méchant), mais la patinoire qui fond est pas mal, un peu comme les marmottes synthétiques qui servent de cibles de ball-trap… Flocoon Paradise, c’est un tout, en fait…

[divider style= »dotted » height= »40px » ] [button link= »https://www.yousendit.com/download/WFJVclVITmFUWUNybHNUQw » round= »yes » size= »normal » color= »blue » flat= »no » ]Télécharger un extrait au format epub[/button] [button link= »http://librairie.publie.net/fr/ebook/9782814504073/flocoon-paradise » round= »yes » size= »normal » color= »blue » flat= »no » ]Télécharger le livre[/button]

Philippe Carrese est également l’auteur de Le Successeur que vous pouvez retrouver ici-même. À dimanche prochain !