allain_small

Paysages urbains | Bruno Allain , ,

Prix numérique 2,99€

Acheter en ligne
Id. du produit: 14998 Catégories , , . mots-clé , .

Rien ne se fait comme ça. Il y a toujours une énigme. Cette question : qu’est-ce qu’on fait là, chacun, devant l’immensité du monde ?

Bruno Allain a une place singulière dans notre paysage littéraire, pour ceux qui sont habitués à le voir surgir, toute vie, lire ou proposer : au départ, une formation grande école, ingénieur diplômé de Centrale. Et puis, à l’école même, la découverte imprévue d’une passion qui l’emporte : le club théâtre.

Alors, à peine lancé dans la vie professionnelle, il quitte son emploi pour un rôle, puis un autre, et devient ainsi acteur, théâtre, cinéma…

Et c’est de la scène qu’est née sa pratique de l’écriture. Disposer sur scène de cette fascination qu’on peut avoir, à la ville, pour ce qui se joue dans les paroles, dans le grand bruit humain de ce par quoi les hommes s’approprient leur propre condition.

Ici, avec ce fond pris à un bistrot du Paris populaire, on n’est pas si loin de l’atelier de Nathalie Sarraute. Mais Bruno Allain s’y implante en saltimbanque : les paroles entendues sont faites pour être redites, elles ont leurs césures, leurs interruptions presque de sketch – le monde est devenu une grande scène.

Et c’est bien ce qui se joue dans l’autre face du texte, avec sa trimbale en métro d’un coin à l’autre de la ville, les souvenirs de scènes et de tournée, les autres villes, de Prague à Saint-Herblain avec crochets Afrique, on va là-bas pour les jouer, ces paroles…

La France qui s’y dit n’est pas belle : il y a les lieux communs, les préjugés, les pulsions racistes ou réactionnaires. On est dans cette tradition illustrée au temps de Balzac par les Scènes de la vie parisienne de Henri Monnier, ou le dessin à gros traits de Daumier : parce que c’est cela aussi, dont nous avons à faire matière. Et pas possible de s’en saisir sans aimer : qui de nous pour ne pas avoir entendu, parfois même au plus proche, un dialogue du genre – On est tous bougnoule. / – Ah non. Il y a bougnoule et bougnoule. / – Il y a bougnoule honnête. Reste à en faire ce jeu en vase clos où la langue va s’affronter elle-même : risque, certainement. Mais lieu nécessaire pour l’affrontement, et trop rares ceux qui y retroussent les manches et vont au contact.

Bruno Allain n’a pas quitté ce territoire, où c’est la peau du monde qu’on fouille. Ces dernières années, il s’installe en résidence dans un collège, toujours dans ce Paris populaire du nord-est : on finira par considérer normal, les élèves de 11 à 15 ans, qu’à côté du CDI, du conseiller pédagogique, de la salle des profs et de l’infirmerie, il y ait la salle de l’écrivain, où on vient pour écrire ou pour parler, pour un atelier ou simplement son travail personnel…

Très impliqué dans l’asso des Écrivains associés au théâtre, Bruno Allain (voir CV) est aussi un des auteurs élus au conseil d’administration de la SACD : c’est pour tout cela rassemblé, cette implication, que je me réjouis de l’accueillir.

FB

Mise à jour le 4 novembre. Illustrations de l’auteur.

Poids 269 g
Dimensions 21 x 14.8 cm
Auteur

Bruno Allain

Éditeur

publie.net

ISBN numérique

9782814501904

Date de parution 06/12/2008

Après avoir obtenu le diplôme d’ingénieur de l’École Centrale des Arts et Manufactures de Paris, Bruno Allain opte pour le métier d’acteur. Il joue de grands rôles du répertoire : Lorenzaccio, Hamlet, Perdican ou Rodrigue. Il écrit une trentaine de pièces parmi lesquelles Assassinez-moi ! (L’Avant-Scène), Quand la viande parle (Les Impressions Nouvelles), Eden Blues pour France-Culture ou L’anniversaire (L’Amandier) représenté en 2005 au Théâtre de l’Étoile du Nord, des textes courts, des récits sur des personnes âgées atteintes de maladies de la mémoire Âges et visages (L’Amandier) et un roman Monsieur Néplion (L’Amandier). Il écrit aussi pour les Arts de la rue (KMK, Krache théâtre…). Il est en 1998, 2003 et 2009 lauréat du Centre National du Livre. Il obtient une bourse Beaumarchais en 2005 pour Tel Père (publié chez Lansmann). Il travaille en résidence dans un collège (Utrillo Paris 18e) de 2003 à 2006, expérience relatée dans Viens écrire et tu verras (Éditions Punctum). Grâce au soutien de la région Île-de-France, il est en résidence d’écriture dans un foyer de Jeunes Travailleurs à Paris en 2008. De sa résidence au collège Gustave Flaubert (Paris 13e), il publie en 2011 Tout le collège écrit (Éditions Téraèdre). Par ailleurs il tourne dans toute la France son spectacle en solo intitulé Inaugurations. Sa pièce La Ville suspendue est créée en février 2010 par le Tanit Théâtre. Il est en résidence à la Chartreuse Lès Avignon en mai 2010 où il travaille sur une pièce-paysage intitulée Perdus dans l’immensité> dont chaque thème, issu d’un article de journal, mêle l’intime et le collectif. Après la saison 1 de cette écriture au long court intitulée Tu trembles et mise en scène en 2014 par La Charmante Compagnie, il poursuit avec les saisons suivantes : Éblouissement, S’amuse / s’ennuie, Face aux cristaux liquides ou encore H+ypothèse. La Compagnie Pipasol crée en janvier 2014 T’es là pour ça, une pièce pour marionnettes écrite en direction du jeune public. Il tourne actuellement Ce qui nous pousse, un duo texte-musique avec Lucas Barbier. Par ailleurs, il anime des ateliers d’écriture (professionnels, amateurs, enseignants, scolaires…), donne des conférences-lectures sur le théâtre d’aujourd’hui et des stages sur la littérature théâtrale contemporaine. Il a été administrateur de la SACD de 2006 à 2009 et nommé Chevalier des Arts et Lettres en 2010. Il suit parallèlement une carrière de plasticien (visages, boîtes à cris, sculptures sur fil et autres gueulards).

Bibliographie

THÉÂTRE

« L’adieu » & « L’interview »

in Rencontres à la Cartoucherie

Éditions CRATER, juin 2000

« Assassinez-moi! »

Collection Les Quatre Vents

Éditions l’Avant-Scène, juin 2002

« Rubato Amoroso »

in Confessions Érotiques

Éditions CRATER, mars 2003

« Moi, je sais d’où »

in Fantaisies Potagères (coll. Les Quatre Vents)

Éditions de l’Avant-Scène, mai 2003

« L’anniversaire »

Éditions de l’Amandier, janvier 2005

« L’alternance des cloportes »

in La baignoire et les deux chaises, le off

Éditions de l’Amandier, janvier 2005

« Quand la viande parle »

Éditions « Les Impressions Nouvelles », février 2005

« Roman Fleuve épisode 3 »

in Roman Fleuve

Éditions L’entretemps, avril 2007

« Inaugurations »

Éditions de l’Amandier, juillet 2009

« Tel Père »

Éditions Lansmann, mai 2011

 

ROMAN

« Monsieur Néplion »

Éditions de l’Amandier, mars 2004

 

RÉCIT

« Âge et visages »

Éditions de l’Amandier, novembre 2002

« Paysages Urbains »

Publie.net, décembre 2008

 

DOCUMENT

« Viens écrire et tu verras »

Punctum Éditions, octobre 2007

« Tout le collège écrit »

Éditions Téraèdre, avril 2011

Soyez le premier à commenter “Paysages urbains | Bruno Allain”