La lettre d’info : janvier 2016 15/01/2016 – Publié dans : La lettre d'info – Mots-clé : ,

Lire la lettre d’info complète ici

Chers amis,

On en est encore à répéter combien de romans sont parus lors de cette « rentrée d’hiver ». C’est une histoire de chiffres et nous sommes loin de tout ça. Il y a d’autres urgences et d’autres aujourd’hui. Aujourd’hui on conteste le droit au Journal d’Anne Frank d’entrer dans le domaine public pour des prétextes marchands. Aujourd’hui on nous parle d’interdire ou de taxer les liens hypertextes. Aujourd’hui on vend nos nuits sur Internet.
C’est aujourd’hui, aussi, que paraît Le cercle du rivage, de Laure Morali et Chris Friel, et ce n’est pas un roman. C’est un livre pour respirer la mer à 360°. C’est un livre dont on nous dira sans l’avoir lu que ça n’intéressera personne, « car c’est un livre-photo ». On le sait pour l’avoir déjà entendu un certain nombre de fois par le passé. Nous sommes persuadés du contraire, nous savons que nous ne sommes pas les seuls. Pas seuls, heureusement : écouter par exemple l’émission Poésie et ainsi de suite, sur France Culture, notamment consacrée à Bossa et Verlaine gisant, avec Emmanuel Tugny et John Greaves comme invités et la lecture de Climats par Laurent Grisel à la librairie Terra Nova de Toulouse. La création littéraire contemporaine n’a pas à être réduite à une seule incarnation éditoriale, au contraire : de la même façon qu’il est important de pouvoir proposer nos livres sur de nombreux supports de lecture, il est vital de faire vivre des voix éclectiques même lorsque certaines d’entre elles sont boudées par le marché.

C’est le cas par exemple de l’écriture théâtrale contemporaine :Balivernes hivernales est paru il y a quelques jours et c’est une bonne porte d’entrée pour découvrir la collection ThTr dirigée par Arnaud Maïsetti et Christophe Triau. La collection existe depuis presque un an à présent : le travail effectué sur les textes, la singularité des écritures et la rareté de la création théâtrale contemporaine en librairie doivent nous inciter à relayer ces voix. Nous avons besoin de vous pour cela. Nos choix éditoriaux ne nous empêchent pas d’embrasser la fiction pour autant : en fin de mois, nous aurons le plaisir de proposer Éthique en toc, de Didier Daeninckx, sa troisième contribution à la série noire culte Le Poulpe créée par Jean-Bernard Pouy, et reprise aujourd’hui dans l’esprit des rééditions numériques de Nazi dans le métro et La route du Rom en 2012.

Cliquez sur les couvertures pour accéder aux pages des livres.
On rappelle la parution de l’anthologie proto-steampunk réunie, présentée et annotée par Philippe Éthuin, préfacée par Étienne Barillier : Le passé à vapeur, disponible en papier et numérique.

Février s’annonce tout aussi riche avec la parution d’Oblique, le dernier livre bifide de Christine Jeanney (déjà disponible en avant-première pour les abonnés) et d’Avant que la ville brûle, de Cosmas Polìtis. Ce roman important (un classique en Grèce !), dont l’enjeu est la reconstruction par la fiction de Smyrne, ville historique détruite il y a un siècle, correspond aussi à notre première traduction soutenue par le CNL. Une marque de reconnaissance pour le travail effectué mais aussi un signe encourageant pour notre développement futur, à commencer par l’année qui s’avance. Au programme de 2016, moins de parutions par rapport aux années précédentes, mais beaucoup d’univers à découvrir : de la poésie, du rock, une traduction américaine hallucinée, une revue polygonale, des uchronies napoléoniennes et beaucoup d’autres surprises encore. De quoi lire au pluriel, dans la diversité, hors des sentiers battus. Mine de rien, croire que ces voix peuvent et doivent être entendues, c’est un pari que nous faisons depuis 2008. Continuons.

Une très belle année de partages et de lectures à tous, au pluriel, toujours au pluriel.

Sincèrement,

Guillaume Vissac

& toute l’équipe publie.net