d’ici là, n°0 ,

3,99

En cas d'achat du livre papier, le livre numérique est téléchargeable sans frais supplémentaire.
Tous nos fichiers numériques sont sans DRM.

Télécharger un extrait
Lire l'extrait en ligne
Id. du produit: 14582 Catégories : , Étiquettes : ,

L’idée de cette revue est de jouer la carte d’une lecture écran, et de former, notamment autour des auteurs dont les textes numériques sont diffusés sur la plateforme de publie.net, mais pas uniquement bien sûr, un ensemble éditorial où se confrontent l’image, le texte et le son.

Plusieurs numéros sont lancés parallèlement chaque année, sous forme de chantiers à suivre, à partir d’une phrase qui fera office de point d’orgue. Les textes doivent être courts, quelques lignes, la plupart du temps. Mais la revue accueille également des textes plus longs, sur plusieurs pages, indépendamment de la forme de l’écrit. Chacun peut envoyer ses créations tant que le chantier n’est pas terminé.

Des graphistes, dessinateurs, peintres, illustrateurs, photographes, sont de la même façon, invités régulièrement à envoyer leur travail. La revue est accompagnée d’une bande son, qui forme une approche du thème au même titre que les textes et les images.

Le premier numéro a pour thème : Nous dormons notre vie d’un sommeil sans rêves.

Il s’agit d’un phrase de Georges Perec extraite de L’Infra-ordinaire, paru aux éditions du Seuil, en 1989 :

« Interroger l’habituel. Mais justement, nous y sommes habitués. Nous ne l’interrogeons pas, il ne nous interroge pas, il semble ne pas faire problème, nous le vivons sans y penser, comme s’il ne véhiculait ni question ni réponse, comme s’il n’était porteur d’aucune information. Ce n’est même plus du conditionnement, c’est de l’anesthésie. Nous dormons notre vie d’un sommeil sans rêves. Mais où est-elle notre vie ? Où est notre corps ? Où est notre espace. »

PM

Auteur

Revue dirigée par Pierre Ménard

Éditeur

publie.net

ISBN numérique

9782814501829

Date de parution 05/12/2008

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “d’ici là, n°0”