[REVUE DE PRESSE] Dans le sillage de Louise Ackermann : ce livre est culte et une référence inestimable 1 décembre 2020 – Publié dans : La revue de presse – Mots-clés :

Merci à Evelyne Lerault pour sa lecture que l'on peut retrouver sur Babelio !

Certifié, apprenant, « Dans le sillage de Louise Ackermann » est une déambulation littéraire hors pair. « Sources croisées & Morceaux choisis », pictural cheminement, portrait kaléidoscope, conférence à ciel ouvert. Chacun (e) dévoile, démontre, affirme la personnalité d'une grande dame qui a marqué son siècle et plus encore de par son aura fabuleuse. Victorine Choquet (nom de jeune fille de Louise Ackermann) est née à Paris le 30 novembre 1813, de parents parisiens mais d'origine picarde. Essai rassemblant l'épars, fondamental, le voyage est nourricier. « La jeune Victorine est une enfant à la fois retardée et précoce, d'humeur triste et inégale. Sauvage et taciturne, elle avait horreur des divertissements de son âge. » « J'étais au fond « de nature religieuse » ». « Elle est toute à la poésie. Elle ne se contentait pas de dévorer Shakespeare, Byron, Goethe, Schiller : elle rimait pour son propre compte. » Son professeur intuitif dévoilait ses vers à Victor Hugo. « Pensées d'une solitaire » : « Il faut s'écarter de soi-même et se considérer de loin et avec perspective. Nous ne nous peignons bien qu'à la distance du souvenir. » « Quand on ouvrirait aux femmes les portes de toutes les libertés, comme quelques-uns le réclament, les honnêtes et les sages ne voudraient pas entrer. » Louise Ackermann est une libre-penseuse, une intellectuelle éclairée, au libre-arbitre et à la liberté de conscience avérée. « On prétend que la Religion est l'éducatrice de l'homme. Je lui conseille d'être fière du bon élève qu'elle a fait : c'est une éducation à recommencer. » Ses écrits témoignent, écrins d'une volonté d'un Maître de la vie de ses exactitudes. C'est de loin cette intégrité, cette constance qui ont honoré le regain, ce socle qui perdurera à l'infini. « le coeur est plein de détours et de cachettes. Il faut se hanter soi-même. » Ces fragments d'amplitude, cailloux semés pour l'universalité. Ecrire dans la solitude « des articles, poésies, écrits personnels » Libre, immensément, dans sa tour d'Ivoire humaniste. « Les enfants naturels sont des espèces de prédestinés. Ils ont ordinairement plus de talent et de chance dans la vie que les autres ; ils ont l'étincelle et l'étoile. » Se couvrir de son manteau de haute littérature, poursuivre les sillages fédérateurs et se dire que ce livre est culte et une référence inestimable. Publié par les majeures Editions Publie.net.

« [REVUE DE PRESSE] Voyage sous les flots : avant Jules Verne, il y avait Aristide Roger !
Carnet de bord 2020, semaine 48 »