[REVUE DE PRESSE] Sœur(s) : cartographie d’identité(s) 13 octobre 2020 – Publié dans : La revue de presse – Mots-clés :

Grand merci à Alain Nicolas pour sa chronique parue dans L'humanité N°23023 du 24 septembre 2020.

Premier roman Cartographie d’identité(s)

« Je suis ta sœur et j’ai besoin de toi », dit le message, signé d’un nom qui ne dit rien au destinataire, qui sait qu’’il n’a pas de sœur. À moins que... Le lecteur, laissé en suspens comme au cinéma, n’en saura rien. Le fragment suivant rapporte la conversation de deux policiers ou espions au sujet de cartes d’identité absolument identiques – photos, empreintes – mais attribuées à des femmes différentes. Dont aucune n’existe (a priori...). On passe aux souvenirs d’un homme qui fut un garçon dépourvu de sœur. Puis à celle d’une femme « en mission ». Tout est fragmentaire, incertain. Tout tourne autour de cette coïncidence d’identités inexistantes et de cette quasi-identité biologique qui lie un homme à une femme « presque » semblable à lui, une sœur. Le roman va ainsi progresser, les faits se dessiner, des noms apparaître. Tout se précise. À supposer que ce soit vrai. Qu’importe : nous sommes embarqués par ce livre qui se construit tout seul, explorant les frontières de l’identité et de la différence, du masculin et du féminin, du corporel et de l’immatériel, du réel et du fictionnel, pour conduire à la littérature.

« [REVUE DE PRESSE] Sœur(s) : Big Sister is watching you !
Carnet de bord 2020, semaine 41 »