[REVUE DE PRESSE] Mais qui lira le dernier poème ? — « La poésie est une compagne, une fidèle amie » 24/02/2015 – Publié dans : La revue de presse – Mots-clé : , , ,

Article originel à retrouver ici.

À la question posée par le titre, j’ai envie de répondre : moi ! Moi, s’il s’avère qu’il existe ce poème et qu’il est possible de l’écrire. Moi, même si ma tendance naturelle serait plutôt celle de chercher le Premier Poème à la manière de ces télescopes qui scrutent l’espace afin de chercher à découvrir l’instant d’avant la naissance de l’univers.

Eric Dubois est un des auteurs de Traversées mais pas seulement, il est l’auteur de nombreux poèmes publiés dans bien d’autres revues, fanzines. Ces recueils de poésies alimentent les catalogues de maisons d’éditions comme l’Harmattan, Publie.net, Encre Vives ou Le Manuscrit. Vous pouvez consulter une bibliographie complète en visitant son blog. Eric Dubois est aussi l’heureux initiateur de la très bonne revue de poésie en ligne LE CAPITAL DES MOTS. 

dubois_mais-qui

Comme Eric Dubois l’annonce lui-même sur le site de la Maison des Écrivains et de la Littérature « La Poésie est un langage qu’il faut démocratiser et désacraliser. Le Poète doit défendre sa poésie, servir ses textes et établir avec les autres poètes tout un réseau de voix multiples et variées » et c’est ce qu’il tend aussi de faire dans ce recueil-ci.

La poésie qu’il nous donne à lire est donc fluide, humaine, quotidienne mais elle est aussi celle qui s’interroge sur elle-même, sur ses méthodes, sur son passage au travers des filtres du temps, des saisons, des évènements qui accompagnent une vie. La poésie est une compagne, une fidèle amie, un fleuve, l’ombre qui nous suit et nous aide à passer le cap de l’hiver, de la nuit. Elle répond à notre solitude, à nos questions, elle joue à en poser de nouvelles. Elle traduit nos mystères, elle préserve nos secrets. Elle est impudique ou au contraire elle se réserve le droit de se taire.

Comme tout bon livre, celui-ci invite son lecteur à suivre de nombreuses pistes de lectures possibles. Les mots éparpillés sur les feuilles sont libres comme l’air, interchangeables, les pièces d’un puzzle éternellement à recomposer.  On le comprendra peut-être la question du titre est une invitation à relever un défi. Défi auquel chacun aura le plaisir de répondre à sa manière tout comme le fait le poète peut-être.

Tous les livres d’Éric Dubois. Et en papier ? C’est ici.

 

 NUAGES DE CRAIE

 

Vous voyez

là-bas

 

Dans les nuages de craie

l’enfance à son pupitre

 

Dire des poèmes

à sa trousse à ses crayons

 

Qu’il est loin le temps

de l’aventurier

 

Chanter avec le vent

les éléments

 

Il pleut

dans le cartable

 

Il pleut

dans les souvenirs

 

Soleil d’hiver

aussi

 

Les printemps ne sont plus

comme avant

 

Le temps a fait son travail

de serrurier