[NOUVEAUTÉ] Blancs, de Jean-Yves Fick & Louise Imagine 22/12/2014 – Publié dans : Notre actualité – Mots-clé : , , , , ,

Uq1aQeYKhVf66n0bu_PCl0NYzutKb4359KBY4AEhheY

Nous avons le plaisir de vous présenter une nouvelle — et fructueuse — collaboration entre Louise Imagine et Jean-Yves Fick, un magnifique volume alliant poésie et photographie, et qui vient enrichir la collection Horizons.

blancs-s01

qPVjGzN8D4tO4pCqRGLL2Lr2Kv-r9g98s_V9BsWS6dw

À l’injonction constante du sens, on peut sans doute encore risquer l’hypothèse que « l’essentiel est dans les marges » (Reverdy), voire dans les blancs, les espaces muets que signe la page. On a aussi laissé l’écriture aller aux blancs de la toile brute, ou apprêtée, sur lesquels les peintres laissent leurs gestes déployer ce qui, avant leur faire, l’inconnu de leur geste, ne se pouvait ni connaître ni espérer. La poésie, la peinture : que disent-­elles, en somme ? Et qu’est toute parole, sinon « une hérésie du silence » ? Espaces, intervalles, interstices et silences. Autant d’énigmes, et parfois douloureuses. Puis des voix, pour un temps nu. Leurs mémoires.

LSyjaBvBjXWkoJ8DPCRxR_IUfp1YG-V_WlyV3JmvaCo

Questions auxquelles viennent ici répondre et les blancs et les récits instantanés des photographies déposées par Louise Imagine. Leurs dons. Et la même énigme recommencée : que disent de nous, juste là, sous nos yeux, ces eaux, ce fragment d’un rivage, le silence et l’intervalle, et toute la marche, toute la danse des formes ? Et quelle, leur lumière, là, juste là, sous nos yeux ? Dans nos mains, la pierre blanche du temps, et le vol songeur d’un oiseau de mer, juste où nous levons les yeux.

blancs-s02

 

6QwezUsRbOp-uiNpqAsN8kLSQqkpH_m2PdXl6a9_nvA

dc-jOvUSKzKxr2kghL9fatnCcizh-ZZcgeqjCafeoEM

 

TÉLÉCHARGER LE LIVRE