Meydan | La Place n°2, par Canan Marasligil 04/04/2013 – Publié dans : Traduire – Mots-clé : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

MEYDAN | La Place : le retour

Il faut bien avouer que les occasions sont plutôt rares de pouvoir lire de la littérature contemporaine turque en français et en numérique. Grâce au formidable travail de Canan Marasligil, il est possible de sortir hors des sentiers battus afin de découvrir des auteurs talentueux et des textes forts dont on n’aurait, autrement, sans doute pas soupçonné l’existence. Nous sommes heureux et fiers d’annoncer aujourd’hui la sortie du deuxième volume de l’anthologie MEYDAN | La Place dans la collection Publie.Monde ainsi que la refonte du premier volume : voici l’occasion rêvée pour aller voyager du côté de la Turquie, histoire de nous ouvrir à d’autres littératures, d’autres horizons…

Meydan

La Turquie moderne, contemporaine, dans sa force et ses ruptures, ses permanences et ses turbulences.

Un an après le premier volume, c’est la même diversité et la même âpreté que nous propose Canan Marasligil, qui choisit, présente et traduit cette suite organisée de textes tous inédits jusqu’ici en français.

On y retrouvera deux auteurs d’importance, Perihan Mağden et Barış Bıçakçı. Mais aussi une interprète de jazz, Şirin Soysal, sur les rapports musique et littérature dans la poésie turque, et à nouveau le photographe Erinç Salor, pour accompagner Esra Almas dans une réflexion sur la ville et l’eau, via les « vapur » du Bosphore. L’immigration turque en Europe occidentale est présente avec la voix forte d’Aslı Tohumcu, qui n’avait jamais été traduite en français. Et une autre voix féminine, celle de Seray Şahiner, pour décrypter la condition des femmes dans la Turquie d’aujourd’hui via une suite de récits incisifs et durs (« À l’attention des dames »). Et c’est du côté de l’homosexualité et de sa réception que nous entraîne Perihan Mağden.

Alors, dans cet ensemble se croisent récits, fictions, réflexions, accompagnés de photographies et de textes dits à haute voix (dans la version iPad seulement) – faisant de Meydan|La Place un univers de lecture en soi.

Qu’on ne cherche pas l’exotisme : c’est du monde en partage qu’il est question, de notre commun présent. Canan Marasligil est accompagnée d’une autre traductrice, Claire Simondin, et de l’essayiste Esra Almas pour la composition de ce qui est dès maintenant une passerelle de référence, un ouvre-frontières.

Un travail remarquable de positionnement pour chacun et chacune de ces auteurs d’aujourd’hui, replacés dans l’histoire d’une littérature majeure, où on croisera aussi bien Nazim Hikmet qu’Orhan Pamuk.

‘La géographie est le nom de ceux qui couvrent le sol / et rester demande du courage / Avec mes morts je suis restée dans ma géographie […] Avec ma vie je suis restée dans ma géographie / afin d’écrire ma propre histoire’, écrit Karin Karakaşlı, une des grandes voix accueillies ici – et c’est bien cela qui ici nous rassemble.

Canan a par ailleurs construit un superbe site complètement dédié à cette anthologie, avec textes, sons, photos autour de la Turquie, sur lequel nous vous invitons à aller jeter un oeil car il vaut vraiment le détour : meydanlaplace.net.

Meydan

Et bien sûr, pour lire ces deux volumes, rendez-vous ici (volume 1) et ici (volume 2) ! Bonnes lectures !