La lettre d’info : septembre 2014 11/09/2014 – Publié dans : La lettre d'info – Mots-clé : , , , , , , , , , ,

Ami(e)s lecteurs et lectrices, auteurs et soutiens,

Alors que l’été touchait à sa fin, nous avons tous été témoins de ces grandes manœuvres, lisant et écoutant à longueur de journée chroniqueurs et agitateurs de réseaux gazouillants, chacun y allant de son instant promotionnel jusqu’à noyer les fils d’actualité ! Je parle bien évidemment de la rentrée littéraire, THE évènement dont il semblerait, à écouter les médias, que nous attendions tous la venue plus encore que les cadeaux sous le sapin, nous saisissant avec empressement, pour ne pas dire avec frénésie, des 607 titres prévus (et retenus) à paraître entre la mi-août et fin octobre.
On nous présente la chose comme une grand-messe, l’immanquable cérémonial commercial annuel, mais au final, tout ceci ne ressemble-t-il pas plus à du tir au pigeon, laissant les éditeurs parader tels de vils snipers prêts à tout pour nous refourguer leur came avant les fêtes (et d’en revenir aux fameux cadeaux sous le sapin) ?
Ce serait oublier ces hommes et ces femmes qui, continuellement, travaillent en coulisse pour nous faire découvrir de fabuleux textes, de ceux qui nous marquent durablement. Cette rentrée n’est au mieux qu’une parade de chroniqueurs, chacun cherchant à marquer son territoire de nouveau promu, mais pas si mal ficelée que cela puisqu’en définitive, elle parvient à ce qu’un peu de littérature prenne le pas sur un énième soubresaut politique et autre facétie médiatique.

À tort ou à raison, ne boudons pas notre plaisir de découvrir, au détour d’un article, une surprise issue de l’un des 607. En cette période où talk-shows abrutissants, news people et Facebookage envahissent toujours plus insidieusement notre quotidien, la découverte n’en sera que meilleure.

Chez publie.net, et malgré un été marqué par un accident de moto qui m’aura tenu éloigné de longues semaines, nous restons sur nos fondamentaux et cette littérature qui se vit autant qu’elle s’écrit, cette parole que jamais nous ne cesserons de porter et de défendre.

L’automne ne fait pas exception, avec au programme du polar, du contemporain, celui qui claque, qui remue du dedans et une perle de poésie urbaine comme rarement il me fut donné d’en lire. Chez publie.net comme ailleurs, nous sommes avant tout des lecteurs. Un texte doit nous toucher, et une voix, nous faire vibrer.
C’est cette passion que nous vous transmettons quotidiennement. Nous ne sommes peut-être pas visibles au milieu des 607, mais nous possédons quelque chose de rare : vous ! Chacun d’entre vous est le premier prescripteur de ses lectures et coups de cœur, au même titre que nos presque 330 auteurs sont — et de loin — les meilleurs ambassadeurs de leurs textes et de publie.net. Cette prescription ne s’arrête pas à un événement précis ou quelconque rentrée littéraire. Il est continu et progressif, œuvre de chaque instant.

À tous, nous ne cesserons jamais de vous le dire : merci.
Merci d’être là !
Merci de nous lire, de nous soutenir.
Merci de prouver au travers de vos abonnements qu’un texte n’a pas nécessité d’êtrecommercial pour exister, que d’autres solutions permettent de faire vibrer ces voix. Des choix que nous continuons à porter et à défendre, notamment auprès des collectivités.

Quant à vous, chers libraires, le cru automnal ne vous oublie pas ! Une dizaine de parutions papier sont programmées avec, pour ne citer qu’eux, le tome 2 de la Saga de Mô, une nouvelle traduction de Virginia Woolf par l’excellent Jean-Yves Cotté ou le premier titre de la collection Théâtre, en collaboration avec le Théâtre du Rond-Point, collection qui nous tient particulièrement à cœur. Merci à Daniel Cabanis et Jean-Daniel Magnin pour leur confiance, nous sommes fiers de leur présence à nos côtés.
Comme toujours, la liste mise à jour des prochaines parutions papier et numérique est disponible à cette adresse : https://www.publie.net/prochainement/

Au nom de l’équipe au complet, bonne rentrée à tous et à toutes !
Rendez-vous en octobre avec quelques surprises. D’ici là, lisez, partagez, vivez.

Littérairement vôtre,

— Gwen Catalá

Lire la newsletter complète.