Comment va le monde avec toi [lecture en images] 05/09/2013 – Publié dans : La revue de presse, Notre actualité – Mots-clé : , , , , ,

Découvrez une lecture de Comment va le monde avec toi, par Laure Morali, sur des images ouessantines… À écouter et voir également sur son site, ici-même.

[divider style= »dotted » height= »40px » ] [youtube url= »http://www.youtube.com/watch?v=W_BtV6k7yqs » width= »500 » height= »400 » full= »no » ] [divider style= »dotted » height= »40px » ]

Une île et des gens enveloppés par le monde, Ouessant, ont donné l’élan à cette histoire. Pendant deux mois de l’été 2010, j’ai occupé le sémaphore du Creac’h, l’habitation la plus à l’ouest de l’île, elle-même la plus à l’ouest de la côte. Je n’étais plus ni en Amérique, ni en Europe, mais entre les deux, face à moi-même. Je retrouvais la mer après m’en être éloignée pendant sept ans. Et l’île qui, me disait-on à Ouessant, agit comme une loupe, a reflété mes fantômes jusqu’à ce que j’arrache mes résistances pour la laisser respirer dans mon corps. Je tenais là-bas un journal, je collectais des impressions. Mais comment parler de ce que l’on a de plus intime ? le souffle avec lequel on a grandi… Il a fallu deux ans, de nouveau loin de la mer, pour tisser ce récit qui se résorbait sans cesse comme une marée. Densité du granit, flux, puissance d’engloutissement de la mer, rayonnement du soleil et des phares. L’énergie du lieu avait imprégné mes phrases et je luttais avec ces forces, pour trouver appui contre le silence. Le « je » du journal ne suffisait plus. Il ne laissait pas assez de place aux courants telluriques qui poussaient mes retenues. J’ai dû lever les vannes, voir venir la fiction, m’abandonner au flot de la parole dans un monologue avec adresse à mon arrière-grand-père cap-hornier, dérouler le fil de souvenirs d’amours adolescentes vécus dans une presqu’île des Côtes de la Mor. Revenir chez moi en étrangère. Puis : relier, resserrer les fils, faire tenir les fragments autour d’un vide en provoquant, par frottements, des aimantations contraires, inventer un monde. Les lieux ont mêlé leurs strates à l’image des mélanges issus des voyages au long cours. L’île qui a surgi de ce texte n’existe sur aucune carte que celle de ma peau.

Laure Morali

[divider style= »dotted » height= »40px » ]

[button link= »https://www.publie.net/livre/comment-va-le-monde-avec-toi/ » round= »yes » size= »normal » color= »blue » flat= »no » ]Télécharger le livre[/button]

[button link= »https://www.publie.net/livre/comment-va-le-monde-avec-toi-publiepapier/ » round= »yes » size= »normal » color= »blue » flat= »no » ]Lire le livre papier[/button]